LE CANCER DU COL DE L’UTERUS : CAUSES, SYMPTOMES, TRAITEMENTS ET PREVENTION

DESCRIPTION

Le cancer du col de l’uterus  touche le col utérin qui est un organe de l’appareil génital féminin (la partie la plus basse de l’utérus (la matrice) et il se situe en haut du vagin).Cette maladie fait référence à un type d’affection qui se caractérise par une prolifération cellulaire anormale et incontrôlée au niveau du col de l’utérus. Le col utérin est normalement formé de cellules saines susceptibles de se transformer en cellules anormales. Le terme tumeur ou néoplasme s’applique au développement anormal de cellules. Les tumeurs peuvent être non cancéreuses (bénignes) ou cancéreuses (malignes). Une tumeur bénigne n’envahit pas les tissus ni les organes voisins et elle ne réapparaît habituellement pas après avoir été enlevée. Par contre, une tumeur maligne peut se propager (par ex. à partir du col utérin) et infiltrer d’autres tissus ou envahir d’autres organes.Le cancer du col de l’utérus est le deuxième cancer de la femme dans le monde.

CAUSES

Jusqu’à présent, on ne comprend pas bien ce qui cause les anomalies des cellules et leur prolifération anarchique. Certains facteurs augmentent le risque de cancer du col de l’utérus. Mais, entre autres, nous pouvons citer:

  • Activité sexuelle : une vie sexuelle précoce a été liée à un plus grand risque de cancer du col utérin. En outre, certains comportements sexuels (comme de nombreux partenaires sexuels ou un partenaire ayant de nombreux partenaires sexuels) peuvent accroître la probabilité d’une infection par le VPH, et par conséquent le risque d’un cancer du col utérin.
  • Tabagisme : les personnes qui fument courent un plus grand risque de cancer du col utérin et d’autres cancers. En fait, le risque augmente en fonction de la durée du tabagisme et du nombre de cigarettes fumées quotidiennement.
  • Système immunitaire affaibli : les médicaments et les affections qui affaiblissent le système immunitaire peuvent accroître le risque d’infections par le VPH et la possibilité d’un cancer du col utérin. Les femmes infectées par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) courent un plus grand risque de modifications précancéreuses dans le col de l’utérus quand elles contractent une infection par le VPH.
  • Diéthylstilbestrol (DES) : le DES est une forme d’œstrogène qui a été prescrite entre 1940 et 1971 à des femmes enceintes. Selon certaines études, les filles de ces femmes courraient un risque accru de modifications précancéreuses et de carcinome spinocellulaire du col utérin.
  • L’âge : la plupart des cancers du col utérin, ont tendance à toucher les femmes qui ont moins de 50 ans.
  • Statut socio-économique : il est moins probable que des tests de Pap soient effectués régulièrement parmi les femmes qui ont un revenu relativement faible, elles courent donc un risque plus élevé de cancer du col utérin.
  • Multiparité : les femmes qui ont donné naissance plusieurs fois sont plus susceptibles de contracter le cancer du col utérin et ce risque augmente avec le nombre d’accouchements.  :

Symptômes et Complications

Des symptômes ne se manifestent pas toujours au cours des phases initiales du cancer du col utérin. Il importe beaucoup de noter qu’un autre état de santé peut déclencher des symptômes analogues à ceux d’un cancer du col utérin.

Parmi les symptômes précoces, on peut retrouver :

  • de la douleur durant les rapports sexuels ou un saignement après les rapports sexuels;
  • un écoulement vaginal séreux d’aspect clair ou nauséabond;
  • une quantité accrue de pertes blanches;
  • un saignement vaginal anormal ou un saignotement entre les règles.

À des stades plus avancés, des symptômes peuvent se produire à mesure que les tumeurs grossissent ou envahissent d’autres  organes :

  • une anémie (à l’origine d’un manque d’énergie et d’un essoufflement);
  • de la constipation;
  • une douleur pelvienne ou dorsale;
  • un essoufflement;
  • des fuites d’urine (une incontinence) ou du sang dans l’urine (une hématurie);
  • une perte de poids;
  • une perte de l’appétit ou anorexie;
  • du sang dans les selles.

DIAGNOSTICS

Le cancer du col utérin se détecte principalement au moyen de :

  • Un test de Pap
  • un test de dépistage du VPH cet examen permet de détecter la présence du virus dans les cellules cervicales. Plus précisément, le test de dépistage du VPH établit si une femme est infectée par un type de VPH susceptible de causer un cancer du col utérin;
  • une colposcopie qui consiste à utiliser un colposcope (un instrument muni d’une lumière et d’une loupe binoculaire) pour examiner le col utérin. Un colorant est appliqué sur les tissus pour rendre les anomalies plus visibles;
  • une biopsie consiste à extraire une petite quantité de tissus pour qu’elle soit examinée dans un laboratoire qui confirmera si les cellules cervicales sont bénignes, précancéreuses ou cancéreuses.
  • Un frottis sanguin qui consiste à mettre un spéculum et à faire, avec une spatule en bois ou une petite brosse, un prélèvement de cellules du col.

Traitement et prévention du cancer du col de l’utérus

TRAITEMENT:

Les options thérapeutiques indiquées dans le cas d’un cancer du col utérin comportent la chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie.

Les décisions relatives au traitement sont prises par un oncologue (un médecin spécialiste du cancer) en fonction des facteurs ci-après : la taille de la tumeur, le stade du cancer (la gravité ou la présence des transformations précancéreuses), les facteurs personnels de la femme (par ex. son âge, son désir d’avoir des enfants), son état de santé général et tout traitement antérieur.  L’oncologue discutera des options thérapeutiques les mieux adaptées à un cas donné.

PREVENTION :

  • Quand une femme qui a l’habitude de fumer renonce au tabac, elle diminue son risque de cancer du col utérin.
  • La vaccination est une autre façon de prévenir le cancer du col utérin.

Laisser un commentaire