mai 2018

LE CANCER DU COL DE L’UTERUS : CAUSES, SYMPTOMES, TRAITEMENTS ET PREVENTION

DESCRIPTION

Le cancer du col de l’uterus  touche le col utérin qui est un organe de l’appareil génital féminin (la partie la plus basse de l’utérus (la matrice) et il se situe en haut du vagin).Cette maladie fait référence à un type d’affection qui se caractérise par une prolifération cellulaire anormale et incontrôlée au niveau du col de l’utérus. Le col utérin est normalement formé de cellules saines susceptibles de se transformer en cellules anormales. Le terme tumeur ou néoplasme s’applique au développement anormal de cellules. Les tumeurs peuvent être non cancéreuses (bénignes) ou cancéreuses (malignes). Une tumeur bénigne n’envahit pas les tissus ni les organes voisins et elle ne réapparaît habituellement pas après avoir été enlevée. Par contre, une tumeur maligne peut se propager (par ex. à partir du col utérin) et infiltrer d’autres tissus ou envahir d’autres organes.Le cancer du col de l’utérus est le deuxième cancer de la femme dans le monde.

CAUSES

Jusqu’à présent, on ne comprend pas bien ce qui cause les anomalies des cellules et leur prolifération anarchique. Certains facteurs augmentent le risque de cancer du col de l’utérus. Mais, entre autres, nous pouvons citer:

  • Activité sexuelle : une vie sexuelle précoce a été liée à un plus grand risque de cancer du col utérin. En outre, certains comportements sexuels (comme de nombreux partenaires sexuels ou un partenaire ayant de nombreux partenaires sexuels) peuvent accroître la probabilité d’une infection par le VPH, et par conséquent le risque d’un cancer du col utérin.
  • Tabagisme : les personnes qui fument courent un plus grand risque de cancer du col utérin et d’autres cancers. En fait, le risque augmente en fonction de la durée du tabagisme et du nombre de cigarettes fumées quotidiennement.
  • Système immunitaire affaibli : les médicaments et les affections qui affaiblissent le système immunitaire peuvent accroître le risque d’infections par le VPH et la possibilité d’un cancer du col utérin. Les femmes infectées par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) courent un plus grand risque de modifications précancéreuses dans le col de l’utérus quand elles contractent une infection par le VPH.
  • Diéthylstilbestrol (DES) : le DES est une forme d’œstrogène qui a été prescrite entre 1940 et 1971 à des femmes enceintes. Selon certaines études, les filles de ces femmes courraient un risque accru de modifications précancéreuses et de carcinome spinocellulaire du col utérin.
  • L’âge : la plupart des cancers du col utérin, ont tendance à toucher les femmes qui ont moins de 50 ans.
  • Statut socio-économique : il est moins probable que des tests de Pap soient effectués régulièrement parmi les femmes qui ont un revenu relativement faible, elles courent donc un risque plus élevé de cancer du col utérin.
  • Multiparité : les femmes qui ont donné naissance plusieurs fois sont plus susceptibles de contracter le cancer du col utérin et ce risque augmente avec le nombre d’accouchements.  :

Symptômes et Complications

Des symptômes ne se manifestent pas toujours au cours des phases initiales du cancer du col utérin. Il importe beaucoup de noter qu’un autre état de santé peut déclencher des symptômes analogues à ceux d’un cancer du col utérin.

Parmi les symptômes précoces, on peut retrouver :

  • de la douleur durant les rapports sexuels ou un saignement après les rapports sexuels;
  • un écoulement vaginal séreux d’aspect clair ou nauséabond;
  • une quantité accrue de pertes blanches;
  • un saignement vaginal anormal ou un saignotement entre les règles.

À des stades plus avancés, des symptômes peuvent se produire à mesure que les tumeurs grossissent ou envahissent d’autres  organes :

  • une anémie (à l’origine d’un manque d’énergie et d’un essoufflement);
  • de la constipation;
  • une douleur pelvienne ou dorsale;
  • un essoufflement;
  • des fuites d’urine (une incontinence) ou du sang dans l’urine (une hématurie);
  • une perte de poids;
  • une perte de l’appétit ou anorexie;
  • du sang dans les selles.

DIAGNOSTICS

Le cancer du col utérin se détecte principalement au moyen de :

  • Un test de Pap
  • un test de dépistage du VPH cet examen permet de détecter la présence du virus dans les cellules cervicales. Plus précisément, le test de dépistage du VPH établit si une femme est infectée par un type de VPH susceptible de causer un cancer du col utérin;
  • une colposcopie qui consiste à utiliser un colposcope (un instrument muni d’une lumière et d’une loupe binoculaire) pour examiner le col utérin. Un colorant est appliqué sur les tissus pour rendre les anomalies plus visibles;
  • une biopsie consiste à extraire une petite quantité de tissus pour qu’elle soit examinée dans un laboratoire qui confirmera si les cellules cervicales sont bénignes, précancéreuses ou cancéreuses.
  • Un frottis sanguin qui consiste à mettre un spéculum et à faire, avec une spatule en bois ou une petite brosse, un prélèvement de cellules du col.

Traitement et prévention du cancer du col de l’utérus

TRAITEMENT:

Les options thérapeutiques indiquées dans le cas d’un cancer du col utérin comportent la chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie.

Les décisions relatives au traitement sont prises par un oncologue (un médecin spécialiste du cancer) en fonction des facteurs ci-après : la taille de la tumeur, le stade du cancer (la gravité ou la présence des transformations précancéreuses), les facteurs personnels de la femme (par ex. son âge, son désir d’avoir des enfants), son état de santé général et tout traitement antérieur.  L’oncologue discutera des options thérapeutiques les mieux adaptées à un cas donné.

PREVENTION :

  • Quand une femme qui a l’habitude de fumer renonce au tabac, elle diminue son risque de cancer du col utérin.
  • La vaccination est une autre façon de prévenir le cancer du col utérin.

L’HEPATITE B

L’hépatite est le terme médical qui désigne une inflammation du foie. L’hépatite peut être aiguë (de courte durée, après quoi le sujet se remet) ou chronique (de longue durée, dépassant 6 mois en général). Il y  a plusieurs type d’hépatite mais, ici, j’aimerais que nous concentrons toute notre attention sur l’hépatite B.

L’hépatite B est transmise par le sang et les liquides corporels. Les principales voies de transmission sont les relations sexuelles, le partage d’aiguilles, le tatouage et le perçage corporel, ainsi que l’accouchement (le bébé est susceptible de contracter le virus au moment de son passage dans le canal génital). L’hépatite B entraîne une complication supplémentaire : certaines personnes infectées peuvent devenir des porteurs permanents pendant toute leur vie, qu’elles aient ou non des symptômes. De nombreuses personnes atteintes sont asymptomatiques (sans symptôme) mais peuvent transmettre le virus.

Les personnes exposées à un risque élevé d’hépatite B comprennent :

  • les hommes homosexuels;
  • le personnel de santé;
  • les personnes qui ont de nombreux partenaires sexuels;
  • les personnes recevant une hémodialyse;
  • les personnes vivant dans une prison;
  • les personnes qui ont voyagé récemment au Moyen-Orient, en Amérique du Sud, en Europe de l’Est, en Amérique centrale, en Afrique et en Asie du Sud-Est;
  • les utilisateurs de drogues intraveineuses

SIGNES OU SYMPTOMES

 L’hépatite B n’apparaît qu’après 2 à 6 mois.

  • Des symptômes semblables à ceux d’une grippe (appelés prodrome) surviennent généralement de 3 à 10 jours avant l’apparition des symptômes hépatiques.
  • Une fièvre peu élevée,
  • Des douleurs musculaires,
  • Une perte d’appétit,
  • Des nausées,
  • Dee vomissements et de fatigue.
  • Les fumeurs peuvent constater soudainement que le goût du tabac est désagréable.
  • Ces symptômes peuvent s’accompagner de douleurs articulaires et d’éruptions de la peau ressemblant à de l’urticaire.
  • L »urine peut prendre une coloration foncée et la jaunisse peut apparaître.
  • La peau et le blanc des yeux prennent alors une coloration jaunâtre.
  • Le foie enflammé n’arrive plus à exécuter ses fonctions métaboliques de sorte que la bilirubine (un sous-produit des vieux globules rouges du sang qui donne sa couleur jaune à la bile) s’accumule dans l’organisme.
  • La bile est un liquide sécrété par le foie et elle contient du cholestérol, des sels biliaires et des déchets comme la bilirubine.

 

Dans l’hépatite B, la jaunisse dure environ deux semaines. Le virus de l’hépatite , n’est pas toujours entièrement éliminé du système. Il n’y a alors probablement aucun symptôme, mais la personne devient « porteuse » pendant toute sa vie, et doit prendre des précautions spéciales comme prévenir ses partenaires sexuels. Les personnes touchées peuvent souffrir d’une inflammation chronique du foie (hépatite virale chronique) pendant le reste de leur vie.

L’hépatite B chronique est plus fréquente chez les nourrissons (les risques sont d’environ 90 % si l’infection survient au cours de la première année de la vie); elle est moins susceptible de frapper les adultes (risque global de 5 %). Elle peut mener à une cirrhose (cicatrisation) du foie et accroître les risques de cancer du foie.

Traitement et Prévention

Il existe des vaccins contre l’hépatite B.

Qu’elles soient immunisées ou non, toutes les personnes devraient assurer leur protection au moment de choisir leurs partenaires sexuels. Il est possible de réduire le risque d’hépatite B en évitant de partager les articles d’hygiène personnelle qui pourraient être contaminés par le sang (par ex. les rasoirs et les brosses à dents), et en s’assurant que les tatouages et les perçages corporels sont faits à l’aide d’équipement propre et stérilisé.

Les femmes enceintes font l’objet d’un dépistage général contre l’hépatite B. Si l’hépatite B est diagnostiquée, un traitement au moyen de médicaments pris par voie orale peut être administré pendant la grossesse. Le bébé reçoit la vaccination contre l’hépatite B et de la gammaglobuline, une préparation élaborée à partir du sang immun d’une personne qui a déjà été infectée.

La plupart des personnes atteintes d’hépatite A ou B se remettront sans traitement dans les 4 à 8 semaines après l’apparition des symptômes.

Des médicaments antiviraux comme la lamivudine *, le peginterféron alfa et certains autres produits peuvent être utilisés pour traiter certaines personnes atteintes d’hépatite B chronique. Ils ne guérissent pas la maladie ni n’empêchent sa transmission à d’autres mais peuvent réduire les niveaux et l’activité viraux, ce qui peut aider à diminuer les symptômes de dommages au foie.

Après un diagnostic d’hépatite A ou B, il est recommandé d’éviter l’alcool pendant au moins 3 mois ou jusqu’à la normalisation de la fonction et des tests hépatiques.

LES MUTILATIONS GENITALES FEMININES (L’EXCISION)

           Les mutilations génitales féminines consistent en une ablation totale ou partielle des organes génitaux externes ou toute autre blessure délibérée des organes génitaux féminins.

          L’excision est pratiquée au nom de la culture et de la réligion, mais constitue un risque majeur pour la santé des femmes.

         Au plan médical, les risques immédiats incluent :une très forte douleur, un choc spychologique, l’hémorragie, les infections la rétention d’urine et ulcération des parties génitales pour ne citer que ceux là. Parmi les conséquences à long terme, on a les kystes, les abcès, les lésions de l’urètre, les infections et la stérilité.  Les rapports sexuels peuvent être aussi douloureux.

enfants mutiles et forces, mutilations genitales feminines, excision et infibulation sont un crime | L'excision | Scoop.it

Beaucoup de femmes souffrent en silence, ce qui ne veut pas dire qu’elles n’ont pas de problèmes physiques et psychologiques graves liés aux mutilations génitales.

Ces risques pour la santé conduisent à émettre des doutes sur le bien fondé culturel et réligieux de ces pratiques , et sur leur nécessité.

L’excision est interdite dans plusieurs  pays.

Les associations de planning familial surveillent de très près les problèmes de santé encourus par les femmes du fait des mutilations génitales.


EN CAS D’INQUIETUDE À CE SUJET:

– Evoquez vos préoccupations  sur ce BLOG accessible sur le lien suivant : www.egbemu.mafamilleplanifiee.org en cliquant sur commentaire, OU

– Ecrivez sur la page facebook : https://www.facebook.com/bienetrefamimlial/, ou

– Rendez-vous dans un centre de Santé ou une associations de planning familial; ou encore 

  • CONTACTEZ LES JEUNES AMBASSADEURS En SANTE SEXUELLE DE LA REPRODUCTION ET PLANIFICATION Familiale.

LA CONTRACEPTION D’URGENCE/PILULE DU LENDEMAIN

Qu’est-ce que c’est ?

La contraception d’urgence, que l’on appelle aussi « la pilule du lendemain », peut s’utiliser pour         protéger contre une grossesse non désirée mais à des conditions très strictes. Si une femme a un rapport sexuel non protégé ou si le préservatif se déchire, elle peut prendre une ou des séries de pilules dans les 72 heures qui suivent pour empêcher la grossesse.

Comment cela fonctionne –t-il ?

Les pilules de contraception d’urgence évitent la grossesse en empêchant ou en retardant l’ovulation. Elles pourraient également éviter la fertilisation de l’œuf en agissant sur la muqueuse cervicale ou la capacité des spermatozoïdes à se fixer sur l’ovule. Elles retardent l’ovulation de 5 à 7 jours.

 

Quelle est son efficacité ?

Selon la recherche, la contraception d’urgence réduit les chances d’une femme de tomber enceinte  d’environ 75% quand elle prend la pilule dans les 72 heures après un rapport sexuel non protégé. (Source: Hatcher, R. A., et al., 1994. Contraceptive Technology, 17th ed. New York: Ardent Media, Inc?)

Quels avantages comporte son utilisation?

  • La contraception d’urgence est la seule option disponible pour la réduction des risques de grossesse en cas de viol ou de défaillance mécanique d’un appareil de contraception.

Quels inconvénients comporte son utilisation ?

  • Elle ne protège pas contre les infections sexuellement transmissibles (IST) et le VIH
  • Elle peut provoquer des effets secondaires désagréables (voir ci-dessous)

Quelles peuvent être les effets secondaires ?

  • Elle peut donner des maux de tête
  • Elle peut provoquer des étourdissements
  • Elle peut donner la nausée et provoquer des vomissements
  • Elle peut donner des douleurs abdominales

 

CE QU’IL FAUT SAVOIR :

  • Après un rapport sexuel non protégé, plus la contraception d’urgence est prise tôt, plus il y aura de chances qu’elle se révèle efficace.

 

  • La contraception d’urgence n’est pas efficace 120 heures (5 jours) après le rapport non protégé.

 

  • La contraception d’urgence est seulement un moyen pour éviter une grossesse non désirée et ne constitue pas une forme de contraception constante.

 

  • Il vaut mieux utiliser une forme régulière de contraception plutôt que d’avoir recours à la contraception d’urgence.

 

  • Puisque la contraception d’urgence ne prévient pas la contraction du VIH ou des IST, il est vivement conseillé aux adolescentes et aux jeunes qui courent le risque de contracter des IST ou le VIH de se faire dépister après un rapport non protégé.

 

  • Il est aussi conseillé aux adolescents et aux jeunes qui courent le risque de contracter les IST ou le VIH de toujours utiliser des Méthodes barrières de contraception telles que des préservatifs.

NB:

Le contraceptif d’urgence de par son nom est pris en cas de force majeure car on ne peut être toujours en urgence.